Vendredi 22 etait un grand jour pour moi:

Je me leve a 9h apres une courte nuit et attaque la journee "pied dedans" avec deux objectifs en vue: un entretien d'embauche et une paire de tickets!

Je demarre le minuscule PC (un Asus Eee de... 7 pouces) que m'a prete Jason, un de mes colocataires et je commence par batailler ferme pour obtenir un CV digne de ce nom.

En effet, mon CV est sur un disque dur externe formater sur Mac et il n'est pas reconnu par les PC! Il faut donc, dans un premier temps, que je contact ma mere pour qu'elle m'envoit un ancien exemplaire reste sur mon ordinateur en France. Une fois le precieux recupere, je le transfert sur cle USB, ce qui n'est pas une tache aisee puisque le PC de Jason tourne sous Linux, systeme d'exploitation que je ne connais absolument pas!

Je precise au passage qu'en bon francais, j'ai regarde le profil recherche avant de mentir comme un ours sur mon CV. Ainsi ma journee d'essai au celebre Georges s'est transforme en 6 mois de fulltime job...

Je quitte enfin la maison et pars en quete d'un endroit public pour imprimer ledit CV puisque personne n'a d'imprimante malgre la presence de 6 ordinateurs chez moi.

Une heure et un trajet en skytrain plus tard, j'ai enfin mon CV physique en main. Beaucoup de stress et d'energie depenser pour 2 feuilles, mais la motivation est la, donc pas de soucis.

D'autant que ce petit passage dans le downtown me permet d'acheter 2 places au marche noir pour le concert de The Hives au marche noir. J'ai rudement bien negocier l'affaire puisque je les paye que 50$ pieces ce qui est vraiment honnete pour un concert complet se deroulant le jour meme. Quentin n'aura malheureusement pas cette chance (voir post precedent).

Finalement j'arrive a mon entretien ou je suis accueilli par des gens cool qui ont le sourire. Il y a du monde et je suis "un poil" stresse (pour ceux qui ne me connaissent pas trop, je precise que ma tension, quand je suis decontracte, doit avoisiner les 42, imaginer donc lors d'un entretien d'embauche...). Pour l'occasion je me suis mis sur mon 31 et Jason (decidement d'une gentillesse a toute epreuve) m'a preter un porte document noir bien plus chic que mon sac Quechua pourri.

On me donne quelques papiers a lire et me demande de remplir un formulaire. A la lecture de la brochure je comprends que c'est un travail epuisant, avec des horaires quotidiens compris entre 12h et 19h, ce qui n'a rien d'etonnant puisque c'est ni plus ni moins qu'un poste de stewart dans l'Orient Express canadien. En contrepartie, c'est extremement bien paye (Jason, a la vue du salaire, me diras: "that's insane money, man!").

Je remplis proprement mon formulaire en mettant bien l'accent sur mon francais courant et dans les 5 min, je suis accueilli pour l'entretien oral par un "bonjour, comment ca va" avec un bel accent ricain et toujours le sourire. Il n'y a rien a dire, les nord americains savent mettre a l'aise et encourager les gens et on a des choses a apprendre d'eux a ce sujet, surtout dans les relations en entreprise.

Comme d'habitude a l'oral, je fais des prouesses et me vends comme le plus beau specimen qu'il pourrait trouver. Finalement seul mon anglais pas encore courant pourrait etre un obstacle et bien entendu d'autres profils plus qualifies. Wait and see

Je rentre a la maison vers 5h, creve, les pieds tout niques apres une tres longue marche en chaussure de ville bienraide et une sacree dalle. Je m'envoie une belle charge de pasta avec une succulante sauce basilique et un peu du tres bon surimi canadien. Ca a du bon d'avoir un appart et de se faire sa bouffe apres tous ces fast food.

Je me change pour enfiler mon bon vieux jean, un T-shirt blanc et mes converse, parfaite petite panoplie rock'n'roll et descend pour m'envoyer avec Jason une chic bouteille de bourgogne acheter sur mes conseils. Tout ca avec un peu de cheddar et du chevre (tres bon, mais tres cher, encore merci Jason). Et nous decollons finalement pour le Commodore ou jouerons les Hives d'ici peu. La fatigue a disparu sous l'excitation grandissante.

Nous arrivons donc au commodore et je decouvre avec emerveillement la salle, ou plutot sa taille puisque le commodore est extraordinairement... PETIT. Je comprends assez vite que les Hives ne sont pas tres connus au Canada, a l'inverse de l'europe et donc ils jouent dans une salle de... 900 places, je remercie dieu pour ce cadeau!!!

Apres deux groupes en premiere parties, dont un minable et un autre pas mal, les 5 suedois debarquent sur scene. Costumes vintages, micro filaire et scene sobre avec le nom du groupe ecrit facon 50's en neon rouge et encadrer d'ampoule, la panoplie old school est au complet:

Le chanteur court partout et jette son micro dans tous les sens , le guitariste joue avec le public en se perchant sur une baffle, le batteur jongle avec ses baguettes... La performance scenique est tout bonnement incroyable, j'ai rarement vu un groupe avec autant d'energie et de personnalite. C'est d'ailleurs sans aucun doute un des trois meilleurs concerts que j'ai pu faire jusqu'ici. Voici une petite video pour vous en convaincre:

http://ca.youtube.com/watch?v=NsYDiK-Rddw

Nous terminons la soiree en boite avec Quentin et d'autres immigres (hahaha) rencontre durant la premiere semaine en auberge. Nous rentrons avec Jason sur le coup des 5h en taxi, beurrer comme des petits lus.

Quand je pense que ce pourri a eu le culot de me dire qu'il buvait peu et ne se mettait jamais de mine...