Le gros son d’Iggy Pop dans les oreilles, c’est de la bibliothèque que je commence à écrire ce petit mot.

Bon pour tout dire c’est un peu la loose en ce moment, j’ai toujours pas de collocation et hier je suis tombé sur une espèce de connasse qui a passé son temps à me demander de rappeller plus tard avec un accent à couper au couteau ce qui m’a permis, je pense, de la saouler en lui demandant de répéter ce qu’elle baragouinait (j’adore ce mot) et du coup elle m’a raccroché à la gueule quand enfin je l’appelait le soir, moment que j’avais cru comprendre être le plus propice à son attention.

Sinon ici les gens ne répondent pas non plus juste un petit mail pour dire que la colloc n’est plus libre… bizarre, je pense que je vais peut être aussi arréter de filer mon lien vers mon profile Facebook, ça doit en effrayer plus d’un (les gens n’ont plus le sens de l’humour !).

Donc j’ai encore passé une nuit à l’hôtel avec un nouveau voisin de chambrée qui avait une bonne tête de psychopathe, j’avais pas fait encore.

J’ai essayé de communiquer mais j’ai bien vu qu’on allait pas parler philosophie toute la nuit : il m’a fallu 10 minutes pour comprendre qu’il m’expliquait avoir vu des souris se promener dans la chambre (MmoaoucchH je donc dire « mouse » pour souris)… manque d’hygiène ou vision psychique, je ne me suis pas battu à savoir qui avait raison et à chaque fois que je voyais sa trogne, je n’avais qu’une envie c’était de lui demander où il avait caché son gun !

J’ai donc dormi comme un Loire et quelle surprise de ne plus le voir ce matin, il n’était là que pour la nuit…. Tant pis, c’est toujours comme ça, quand on s’attache aux gens ils s’en vont.